Château du Loir


Le fief de la Rosière est cité au XIIIe siècle. Le château actuel est bâti pour Louis Gossuin, seigneur du Quesnoy, au début du XVe siècle. Resté dans la famille jusqu'en 1771, il est acquis par N. J. du Buisson, ancien échevin de Douai.

 

Le cadastre de 1830 montre le château et ses dépendances ainsi qu'un système complexe de douves dont les traces subsistent.

 

Accidentellement incendié en 1919, il perd ses planchers, charpentes et toitures, qui n'ont pas été restaurés depuis. Le fief du Loir est aujourd'hui le seul témoin de l'architecture médiévale du territoire Scarpe-Escaut.

 

Une allée plantée de tilleuls conduit au château. L'entrée se fait par un porche-colombier au passage en arc surbaissé à claveaux de brique. Une courtine en brique bordant l'ancien fossé se développe à l'ouest, avec tourelle basse accolée au centre.

 

Dans la basse-cour, l'étable-écurie, à porte charretière en plein-cintre, a un décor de frise d'arceaux sur ciment que l'on retrouve en d'autres endroits et qui date des travaux de rénovation de Duthoit.

 

Le pont franchissant le second fossé est en grés et briques. Le pont-levis a été remplacé par une passerelle fixe en bois : un escalier, sur la droite, donne accés aux douves asséchées.

 

Le château est de plan massé, composé d'un corps rectangulaire, à avant-corps, et cantonné de quatre tours circulaires. Construit en briques, il est à quatre niveaux, avec soubassement et premier niveau de l'avant-corps en grés.

 

La date de 1401 ou 1404, est couvert d'un linteau sculpté (armoiries, leurres de la chasse au faucon). Un décor de brique émaillée, à losanges et croix de Saint André, anime les deuxième et troisème niveaux. Meurtrières et archères-canonnières du soubassement sont conservées. Des baies d'origine ont été obturées.

 

Informations extraites du 'Parcours du patrimoine - Le sud de la Pévèle' Editions Lieux Dits

 

Le site du château du Loir est aujourd'hui une propriété privée.